Anonyme vers 1890-1900, entourage de Lacombe…

Lot 209
3 000 - 4 000 €
Résultat: 26 000 €

Anonyme vers 1890-1900, entourage de Lacombe…

Anonyme vers 1890-1900, entourage de Lacombe ou de Chamaillard. Important BUFFET deux-corps en bois naturel, la partie haute ouvrant à deux portes, sculpté en léger relief de paysages de falaises vertigineuses aux rochers et pins, les montants à colonnes sculptées de feuilles de lierre et personnages fantastiques, la partie centrale surmontée de la Sybille de de Samos du tombeau de Philippe Le Beau à Brou, les colonnes latérales rehaussées de dragons stylisés, la partie basse ouvrant à deux vantaux latéraux et un abattant central sculptés en haut relief de têtes de chérubins et grotesques sur fond de flammes, pampres vignes, et motifs floraux. Côtés sculptés en plis de serviette. Vers 1896-1900. 243 x 240 x 64 cm
Dans une correspondance de décembre 2008, Mme Marie ANQUETIL, docteur en histoire de l'Art, ancien conservateur du Musée du Prieuré à Saint-Germain en Laye, attribue ce meuble à Georges LACOMBE et Jean-Baptiste LACOMBE, son père, mais cet avis est aujourd'hui contesté.

Voici quelques extraits de la lettre de Mme Anquetil. "Le corps aurait été dessiné puis sculpté par le père, Jean-Baptiste, qui avait déjà fabriqué une cheminée dans l'atelier de son fils Georges dans le même style néo gothique...Dans la partie supérieure du buffet, la copie de la Sybille de Samos du tombeau de Philippe Le Beau à Brou, côtoie des figures de diables et des plantes symboliques et décoratives qui s'enroulent autour des colonnes torsadées d'une façon ravissante. C'est du lierre qui s'accroche aux colonnes. L'artiste, sans doute Georges les a sculptés en pensant au célèbre dicton : ""Je m'attache ou je meurs"". Par contre des paysages modernes style Art Nouveau, apparaissent sculptés en très bas-relief sur les panneaux des grandes portes. Le panneau de droite est un paysage marin qui ressemble étroitement à la peinture Falaises à Camaret de Georges Lacombe qui fait partie de la collection du Musée des Beaux-Arts de Brest: Même composition vertigineuse, même noirceur des falaises enserrant la mer. Le panneau de gauche, représentation différente de la côte marine, s'apparente à Mer Jaune de la collection du Musée des Beaux-Arts de Brest et de Mer violette du Musée d'Indianapolis...La partie inférieure plus large et moins haute comporte trois portes…De part et d'autres des portes des plantes symbolisent la vie personnelles de Georges Lacombe : Ainsi l'aristoloche que l'on reconnait à gauche de l'angelot aide à l'accouchement : or en 1898, le 30 mars sa première petite fille Sylvie, vient de naître. Elle est représentée sou l'image d'un angelot...A gauche de l'enfant un personnage apeuré rappelle par le style, le visage de Pierrot de Vuillard; il ressemble aussi à la mort : cette même année 1898... Jean-Baptiste Lacombe est mort... A droite du portrait de l'enfant, dans une vigne, apparaît le visage réjoui d'André Antoine, grand ami de Georges Lacombe... Les sculptures des trois panneaux reflètent les grands moments de la vie : Au centre par l'angelot la Naissance, ...à droite par le visage ...d'Antoine, la Vie... à gauche... la Mort. Georges terminait le meuble deux ans environ après le décès de son père. Il est aisé de penser que, tandis que son père avait commencé le meuble, tel en architecte, Georges Lacombe poursuivait les sculptures des divers éléments décrits : Panneaux des portes en paysage au caractère Nabi, visages expressifs empreints de modernité, ornementations diverses des colonnes aux symboles précis. En fait rien ne fût laissé au hasard par les deux artistes et tout fût pensé et imaginé par eux avec autant de profondeur que d'humour. Marie Amélie ANQUETIL."
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue